dimanche 16 mars 2008

écrire — la musique : I. § 5. musique non-écrite

Mais qu’est-ce qui se joue dans la musique qui n’est pas écrite ?

Il serait tentant de croire que la musique qui n’est pas écrite est une musique plus pure que la musique écrite parce que nul n’y est besoin de passer par la médiation d’une interprétation pour la jouer. Or, l’interprétation n’y est pas absente. Les procédures d’écoute sont des processus d’interprétation (comme l’écoute-apprentissage dans le jazz ou le rock, par exemple). De plus, des pratiques musicales comme le sabotage sont aussi des procédures d’interprétation qui s’expriment par un travail après l’enregistrement de la musique.

Dans le jazz, encore, il peut s’agir d’un travail d’interprétation inverse à celui de la musique écrite. Le jazz est, en effet, avant tout une musique improvisée. Elle est donc non-écrite. Or, on assiste parfois à la transcription de la pièce improvisée. On a ainsi affaire à une interprétation écrite de la musique non-écrite puisqu’il s’agit d’écrire une musique qui a d’abord été jouée au lieu d’être écrite.

Aucun commentaire: