dimanche 30 novembre 2008

images photographiques : § 10. image

La dualité que j’essaie de tenir tient dans cette double thèse à première vue improbable : une image photographique est une photographie de … sans être une image de ce ….

Dans la relation “x est à l’image de y” est contenue cette autre relation : “y est à l’image de x”. Or, c’est ce que je veux soutenir, la relation “x est une image photographique de y” ou, plus précisément peut-être : “x est une photographie de y” n’est pas réductible à la relation “x est à l’image de y” parce qu’une photographie de y n’est pas à l’image de y même si elle lui ressemble effectivement.

Si je persiste toutefois à parler d’ « image photographique », c’est qu’une photographie est bien une image, mais ce n’est pas une image d’autre chose sans être, pour autant, une image d’elle-même.

Reste cette question : « Qu’est-ce donc que ce type d’images qui n’est ni l’image d’elle-même ni d’autre chose qu’elle-même ? ».

Voilà, comment je pense pouvoir y répondre :
  1. Si l’image photographique était une image de …, ce ne serait pas l’image d’une chose, mais d’un événement.
  2. Cependant, l’image photographique n’est pas celle d’un événement.
  3. L’image photographique n’entretient pas avec l’événement une relation picturale, mais une relation causale au sens où un événement au moins est la cause physique de ce qui deviendra une image photographique.
  4. Ainsi, une photographie est bien une image au sens où c’est un artefact conçu pour être perçu visuellement, mais non pas au sens où elle entretiendrait une relation d’ordre pictural avec autre chose qu’elle-même.
  5. Une image photographique est une image de … seulement au sens où elle peut être une métaphore visuelle de …. Mais, alors, on ne la considère plus seulement dans son statut d’image, mais dans sa dimension signifiante. En tant qu’une image signifie …, on peut considérer qu’elle est l’image de ce ….

Aucun commentaire: