dimanche 26 juillet 2009

inscriptions éphémères : § 9. maudit


Marc-Édouard Nabe est un paria. Il n’est pas besoin de le rappeler, il est celui au monde qui en parle le mieux (lisons Au régal des vermines, par exemple).

Il a cessé de publier. Il a préféré — je ne sais pas combien de temps ça durera — écrire des textes pour qu’ils soient placardés. Il en parle très bien.

Ces textes aussi parlent très bien de l’actualité. D’un certain point de vue. Le sien.

Si ce n’est pas de la littérature, ça y ressemble vraiment.

Et, c’est collé au mur, comme un fragment d’histoire de la littérature.

Aucun commentaire: