samedi 29 août 2009

images photographiques : § 14. pixel

On pourrait penser la photographie en fonction de ses particules élémentaires, ces constituants ultimes que sont les pixels. On pourrait voir dès lors dans la photographie numérique quelque chose comme une mosaïque, à ce point parfaite que les parties en seraient quasiment indiscernables. Ce serait la rattacher à autre chose qu’elle-même et, derechef, la penser à partir d’un archaïsme.

Mais, penser la photographie numérique comme photographie, c’est-à-dire comme étant du même ordre que la photographie, disons : de la même nature que la photographie argentique, n’est-ce pas déjà un archaïsme [Rouillé, La photographie, p. 12 : « (…) la mal nommée “photographie numérique” n’est en aucun cas une déclinaison numérique de la photographie. Une rupture radicale les sépare : leur différence n’est pas de degré mais de nature. »].

Intuitivement, parler d’une différence de nature entre photographie argentique et photographie numérique, cela revient à dire que la différence n’est pas la conséquence d’une évolution, d’un progrès technique, mais que cette différence est essentielle. En quoi un tel changement pourrait-il avoir une conséquence touchant à l’essence même de la photographie ? Pourquoi hypostasier une évolution et en faire une transformation ?

Nous irions d’archaïsme en archaïsme : penser le numérique à partir de la photographie, ce serait être victime d’un archaïsme.

Et si ces archaïsmes qu’on se défend ou qu’on nous interdit en théorie étaient en réalité salutaires ? Comme des lignes traits de continuités, des pointillés entre ces discontinuités nécessaires lorsqu’on envisage l’histoire d’un art du point de vue de sa technique.

Il ne s’agit pas de céder ou de résister au changement, mais de repérer dans ce qui change, ce qui nous permet de nous y retrouver. Penser la nouveauté sans repères risque de nous conduire à ne plus rien pouvoir penser du tout. D’autant plus qu’en cette matière photographique, c’est l’industrie qui dicte à l’artiste sa conduite.

Aucun commentaire: