samedi 6 février 2010

écrire — la musique III. § 4. musique et langage

Et si dire que la musique n’est pas un langage, cela signifiait qu’il y a des choses qui ne sont pas du langage et qui pourtant n’échappent pas au langage ?

Et si cela signifiait que, si tout n’est pas langage, pour autant, il n’y a pas d’ineffable ?

Que le langage, bien qu’implacable, n’est pas infini.

Que le langage, bien qu’omnipotent, n’est pas omniprésent.

Que le langage n’est pas partout où tu peux le dire et dire quelque chose de quelque chose.

Et que, toutefois, partout où il y a du langage, ce n’est pas du langage, ce n’est pas à propos du langage, ou plus justement à propos d’un langage ou d’un autre, d’une forme ou d’une autre de langage, que quelque chose est dit de quelque chose.

Aucun commentaire: