vendredi 5 mars 2010

journal de mon acouphènoménologie (temporaire), 05.III.10

05.III.10

Je fredonne alors même que je m’interdis la musique, ça veut dire : la musique, c’est comme la pensée ou mieux comme un geste qu’on ne peut pas s’empêcher de faire, la musique, c’est spontané, ça vient tout seul, sans même la volonté, de soi, avant même de venir d’un autre. La musique, c’est de la culture qui surgit même quand on ne la cultive pas.

Aucun commentaire: