vendredi 29 octobre 2010

keith dit que celui de mick est petit (rien, 6)

Aujourd'hui, j'aimerais dire quelque chose d'intéressant, mieux : quelque phrase intelligente, mais je n'y arrive pas, tout ce à quoi je pense aujourd'hui — et depuis hier, en fait —, c'est à cet appendice — petit, dit-il — oui, tout ce à quoi je pense, c'est à son petit appendice, pas à l'appendice en tant qu'il est le sien et celui-ci en particulier avec sa petite taille particulière qui n'appartient qu'à lui en particulier et certainement pas à celui qui affirme qu'il est petit — il a un petit appendice, dit-il —, disons que je ne me représente pas mentalement l'appendice aussi petit soit-il en tant qu'il lui appartient en chair si ce n'est en os, non, ce n'est pas ça, je pense, un peu platonicien, à la petitesse de l'appendicité en tant que telle, à l'essence du petit appendice et donc à l'idée qu'il existe une mesure de l'appendice, sinon un appendice moyen, disons peut-être un mètre-appendice, je ne parle pas de mètre-étalon, ce serait déplacé, ce n'est pas ça, mais une manière de métrétique en matière d'appendice, un art de discerner la bonne mensuration de l'appendice et dire : celui-ci est petit, celui-ci ne l'est pas, et qu'en somme c'est sans doute une affaire de rapport, mais entre quoi et quoi ? je ne sais pas, c'est tout ce à quoi je pense, pas à son appendice à lui, mais à l'idée que, finalement, tout se rapporte à cet appendice — pas le sien en tant qu'il est le sien, mais à l'appendice en général, à l'appendicité de l'appendice en tant qu'il est celui du mâle —, et que, finalement, celles qui n'en ont pas doivent se demander à quoi bon parler de ça ? je ne sais pas ou alors elles ont une idée, mais je ne sais pas, c'est tout ce à quoi je pense et il faudrait un jour peut-être renvoyer ça au domaine de l'intimité et ne plus en parler aussi ouvertement, mais je dis ça comme ça, je ne sais pas, j'espérais dire quelque chose d'intéressant, mieux : quelque phrase intelligente, mais je n'y arrive pas, mais je ne suis pas le seul, mais ça ne me rassure pas, ça m'inquiète, mais ce n'est pas grave, n'est-ce pas ?

Aucun commentaire: