mercredi 13 octobre 2010

rien, 2


je n'ai jamais fini un carnet un cahier jamais eu la patience ou alors pas assez le goût de l'archive de la trace pour aller jusqu'au bout aussi il y en a de nombreux que j'inachève sans m'en lasser j'aime l'objet la chose les formats qui diffèrent les différentes manières dont je les traite je ne les ai jamais finis aucun parfois même longtemps après en avoir ouvert un puis oublié je le reprends je n'ai pas le goût de l'archive mais celui des chemins des voies pour arriver quelque part ou même pas simplement le parcours les carnets les cahiers ne sont pas des chemins ce sont des objets plus ou moins beaux plus ou moins grands dont je me sers et que j'oublie dont je ne me sers donc plus mais pas inutiles simplement discontinus il faut savoir écrire dans la discontinuité la discontinuité

Aucun commentaire: