mercredi 13 octobre 2010

rien, 3

souvent impression d'avoir écouté tellement de disques que si on les mettait bout à bout cela prendrait des années pour tout écouter à nouveau ceux en fond sonore ceux attentifs pas ceux qu'on refuserait d'écouter si on avait le choix ceux aussi qu'on écoute à regret qu'on aimerait avoir connu par avance pour ne pas les subir ceux au contraire qu'on ne se lasserait pas d'entendre encore et encore et qu'on arrête seulement parce que l'attitude qui consiste à les écouter encore est maladive et aussi l'idée qu'évidemment on n'est jamais le seul dans ce cas que nous sommes plusieurs et ces disques bout à bout forment une version sonore de nos vies pas leur bande-son plus que ça une version qui sonne c'est-à-dire à tel moment bruyante à tel autre tonitruante à tel autre ambiante et comment le fait que la musique écoutée soit principalement instrumentale laisse une place pour sa voix propre celle-ci n'est pas forcément haute mais elle est présente elle parle de la musique elle parle pour la musique au milieu de ces heures de musique en précisant ainsi que nos vies sont au milieu de ces heures de musique en précisant encore que nos vies ne sont pas précisément au milieu elles sont quelque part dans ces heures de musique y compris quand il n'y a pas de musique quand on a arrêté la musique parce qu'on n'en peut plus parce que la tête est heurtée par ces heures de musique toutes ces heures de musique forment une voie au milieu de ma vie plus que ça au milieu de toutes les vies possibles et imaginables celles que j'ai vécues celles que j'aurais aimé vivre celles que j'ai partagées celles que je préférerais oubliées si seulement je pouvais les oublier celles que je ne connais que trop bien celle que j'aime tant maintenant ma tête est heurtée par toutes ces heures de musique et ce n'est pas un auteur qui écrit mais son crâne qui parle son crâne qui rend les sons ces sons qui résonnent quand ils ne sont plus audibles c'est mon crâne heurté et résonnant qui écrit moi je n'existe même plus je suis éclaté au milieu de ces sons










photo : © Nathalie Siek (http://www.flickr.com/photos/tinemfou/)

Aucun commentaire: